Approches cliniques

Approches cliniques

Pour le Petit Robert, la clinique est l’ensemble des données obtenues par l’observation directe des malades. Le mot “ clinique ” vient de clinicus latinisation du grec klinikos dérivé de klinê (le lit mais aussi la salle des malades). Tout cela est issu de la racine indo-européenne klei incliner, pencher. Le klinikos était le médecin qui se donnait la peine de se pencher au chevet du malade par opposition à l’empereikos qui se prévalait de son expérience pour donner ses conseils à distance. Définir la notion de clinique à partir de cette notion de proximité du patient n’apparaît pas aberrant. Les différents professionnels du soin se définissent par leur degré de proximité auprès du patient, par la qualité de leur présence. La clinique telle que nous l'entendons à  serpsy associe Klinikos et Empereikos. Proximité physique et psychique et le suffisamment de distance pour pouvoir la penser et en repérer les effets transférentiels et contre-transférentiels. 

Différents corps de métier interviennent dans la clinique, selon les institutions. La clinique ne peut être que plurielle. Chacun y apporte  sa quote-part. D'anciens patients y apportent également leur contribution via les médiateurs de santé et/ou les pairs-aidants. La clinique interroge donc également la dimension du collectif avec ses rapports de pouvoir, les alliances et les pactes qui le constituent. 

Ces différent éléments se retrouveront dans cette rubrique qui s'ouvrira sur des nombreuses sous-catégories.